Saint-Hyacinthe, 15 septembre 2020 — L’UPA de la Montérégie dénonce les insinuations et pressions politiques exercées à son endroit par les élus municipaux et provinciaux dans le dossier de la relocalisation en zone agricole d’une usine de transformation de volaille. Elle rappelle que la décision liée à ce dossier relève entièrement de la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ), une organisation indépendante identifiée dans la législation québécoise pour veiller à la protection du territoire et des activités agricoles. L’UPA invite la MRC des Maskoutains à faire valoir la pertinence de son projet auprès de cette instance démocratique.

« C’est uniquement devant la CPTAQ que la MRC pourra démontrer que le terrain visé est le seul endroit habilité à recevoir l’usine d’Exceldor. Il n’y a pas d’autres étapes au processus. En aucun cas, la loi ne prévoit l’échange de terrain avec l’UPA, essayer de faire croire le contraire serait un mensonge », précise Christian St-Jacques, président de l’UPA de la Montérégie.

 

Pour sa part, l’UPA a pour rôle de s’assurer que l’ensemble des options sont considérées avant de sacrifier une terre agricole, peu importe les coûts encourus et les obstacles rencontrés. En Montérégie, une équipe de professionnels répond avec rigueur à tous les dossiers déposés à la CPTAQ. Environ 300 avis sont rédigés annuellement.

— 30 —

Source et information :
Joëlle Jetté
Coordonnatrice aux communications
Fédération de l’UPA de la Montérégie
514 233-2606