Saint-Hyacinthe, 01 février 2019 — La Fédération de l’UPA de la Montérégie prend part à la 29e Semaine nationale de prévention du suicide qui se déroulera du 3 au 9 février 2019. Avec un taux de détresse et de suicide chez les agriculteurs deux fois plus élevé que dans l’ensemble de la société, la santé psychologique est un sujet prioritaire à la Fédération. Récemment, une vaste étude menée par la chercheure Ginette Lafleur a mis en lumière des données percutantes : 57 % des agriculteurs sondés affirment vivre ou avoir vécu une période de détresse importante. Par comparaison, dans la population générale, cette proportion est de 27 %.

Depuis 2017, en collaboration avec les centres de prévention du suicide, la Fédération de l’UPA de la Montérégie offre une formation adaptée au secteur agricole afin de développer un réseau de ressources Sentinelles. Ces intervenants qui œuvrent en agriculture sont formés pour établir un premier contact avec les gens vulnérables, dont les producteurs. Ils assurent le lien entre la personne en détresse et les ressources du milieu. La formation Sentinelle est une solution concrète qui permet à des personnes-ressources d’agir comme filet de sécurité auprès des producteurs et de contrer leur isolement.

En Montérégie, 118 ressources ont reçu cette formation, dont Yvon Boucher, président des Producteurs de lait de Montérégie-Est et agriculteur de Saint-Césaire :

« Vous savez, les agriculteurs doivent composer avec les éléments météorologiques, les fluctuations des marchés, les horaires atypiques et ne jamais totalement décrocher de leur travail. En plus de cela, s’ajoute maintenant l’incertitude financière liée aux nouvelles ententes commerciales négociées au détriment de notre agriculture tel que l’Accord États-Unis–Mexique–Canada (AEUMC). Cette incertitude force non seulement les agriculteurs à remettre en question leurs investissements, mais les place également dans une situation de vulnérabilité sur laquelle ils n’ont plus aucun contrôle. Les jeunes de la relève agricole s’inquiètent de leur avenir dans ces conditions sous pression ».

La détresse chez les agriculteurs est malheureusement une réalité bien présente dans le milieu. Christine Aubin, jeune agricultrice en production laitière à Saint-Mathias-sur-Richelieu et Sentinelle, partage son expérience :

« Ayant vécu le suicide d’un ami proche il y a trois ans, la formation Sentinelle m’a tout particulièrement interpellée. Avec les conseils donnés, je me suis sentie plus outillée pour intervenir rapidement et déceler la détresse. Tout récemment, pendant les Fêtes, j’ai pu éviter un autre drame grâce à cette formation qui a vraiment fait toute la différence ».

En 2019, de nouveaux ateliers de formation seront organisés. Les personnes intéressées à connaître le programme Sentinelle du secteur agricole peuvent communiquer avec Katerine Montcalm : katerinemontcalm@upa.qc.ca.

— 30 —

Source et information :
Chantal Legault
Conseillère en communication
Fédération de l’UPA de la Montérégie
450 454-5115, poste 6233