Bourses agrEAUresponsables Or Desjardins

Projet exceptionnelle – Bourses de 10 000 $
Ferme de Ste-Victoire inc. à Sainte-Victoire-de-Sorel (MRC Pierre-De Saurel)

 

Les propriétaires Maude et Renaud Péloquin sont les récipiendaires 2021 de la Bourse Or Desjardins pour la mise en place d’un Projet exceptionnel.

Ils ont consacré 5,5 ha à la création de services écosystémiques sur leurs terres agricoles avec l’aide de différents partenaires. Le projet qu’ils ont mis en place à la ferme est un travail de longue haleine et il aura fallu plusieurs années aux deux propriétaires pour l’amener au niveau d’exceptionnel.

Depuis 2018, Maude et Renaud Péloquin aménagent des bandes riveraines élargies, bien au-delà de la réglementation en vigueur dans leur secteur, avec des arbustes, des herbacées et des structures pour la faune. En 2021, ils ont complété leur projet en aménageant d’autres secteurs le long des cours d’eau en implantant de nouvelles bandes riveraines élargies de plus de 8 mètres. C’est maintenant presque l’entièreté des cours d’eau qui longent leurs terres, pour une superficie totale de 5,5 ha, qui sont consacrés à favoriser tant la biodiversité, l’amélioration de la qualité de l’air et l’amélioration de la qualité de l’eau au bénéfice de toute la collectivité.

Afin de s’assurer de la pérennité du projet, Maude et Renaud se sont entourés de plusieurs partenaires d’expertises diverses, dont l’UPA Montérégie (par l’entremise du Programme ALUS Montérégie, le programme Prime-Vert du MAPAQ, le programme biodiversité en milieu agricole de la fondation de la faune du Québec, les programmes EcoAction et d’intendance de l’habitat (PIH) pour les espèces aquatiques en péril d’Environnement et Changement climatique Canada et le projet collectif agricole de la rivière Pot au Beurre) et le Groupe ProConseil. Ils se sont également impliqués au sein de leur communauté, notamment avec le projet collectif du bassin versant de la rivière Pot au Beurre.

Le projet exceptionnel de la ferme de Ste-Victoire contribue aussi à l’avancement des connaissances en matière d’agriculture durable et de cohabitation des usages agricoles et fauniques dans ce territoire névralgique. Une partie des bandes riveraines élargies ont été semées avec un mélange herbacé composé de plusieurs espèces à floraison étalée dans la saison visant à favoriser l’habitat des pollinisateurs, et plus spécifiquement celui de quatre espèces de pollinisateurs en péril, entre autres. Leur implication permettra d’évaluer la faisabilité, l’efficacité et les coûts de réalisation de ce genre de projet pour l’avenir. La découverte de l’un de ces spécimens rares, le bourdon terricole, a d’ailleurs été confirmée cet été dans l’un de leurs aménagements riverains bénéfiques aux pollinisateurs.