À propos Programmation Conférenciers Visionner les conférences Je m’inscris

Programmation

Lundi, 30 août

Thématique – Cohabitation harmonieuse et habitudes de consommation: l’agriculture durable au cœur des enjeux citoyens

MOT D'OUVERTURE / BIENVENUE
Mot d’ouverture – M. André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation
Mot de bienvenue – M. Jérémie Letellier, président de la Fédération de l’UPA de la Montérégie
ENTREVUE: Comment le panier d'épicerie influence les pratiques agroenvironnementales?
Invité: Robert Laplante, directeur général de l’Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC)

Robert Laplante nous entretiendra sur les enjeux des circuits courts, leurs impacts sur le panier d’épicerie et les pratiques agricoles. Nous verrons comment la demande grandissante de l’achat local et des besoins des consommateurs peuvent mieux s’arrimer aux pratiques agricoles durables.


Robert Laplante est titulaire d’un doctorat de sciences sociales (sociologie) de l’École normale supérieure de Cachan, à Paris. Il s’intéresse plus spécifiquement à l’économie politique de l’exploitation forestière et aux questions relatives au développement régional. Il a publié de nombreux travaux scientifiques, en particulier dans le domaine des études coopératives.

PANEL DE DISCUSSION: Les enjeux de la cohabitation

« Notre campagne un milieu de vie à partager » est un projet d’envergure régionale qui a pour objectif de favoriser le vivre ensemble et le dialogue entre les producteurs agricoles et les résidents. Divers outils de communication ont été déployés dans les municipalités des 13 MRC partenaires et de l’agglomération de Longueuil. L’information visant à démystifier les croyances, atténuer les contrariétés et aborder les enjeux liés au travail agricole a été diffusée à travers plusieurs outils de communication pour rejoindre le grand public. Ensemble, les panélistes aborderont les défis rencontrés dans la réalisation de cette initiative ainsi que les résultats obtenus jusqu’à présent.

Panélistes invité(e)s: 

Évelyne Vouligny, conseillère en aménagement et développement rural au MAPAQ de la Montérégie-Est

Évelyne Vouligny a grandi sur une ferme laitière. Détentrice d’une maîtrise en aménagement, elle travaille à titre de conseillère en aménagement et développement rural au Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec en Montérégie-Est. Dans le cadre de ses fonctions, elle est interpellée par les enjeux de cohabitation par l’intermédiaire des plans de développement de la zone agricole, des règlements municipaux relatifs à la gestion des odeurs et des demandes venant de producteurs ou de citoyens qui ont des préoccupations à cet égard.

Ginette Blondin, productrice agricole, 2e vice-présidente à la Fédération de l’UPA de la Montérégie

Ginette Blondin est 2e Vice-présidente à la Fédération de l’UPA de la Montérégie depuis 2020, membre du conseil exécutif depuis 2016, présente dans le Syndicat de l’UPA de Marguerite-d’Youville/Longueuil depuis 2008, elle en assume la présidence de 2014 à 2020. Elle est propriétaire unique d’une entreprise agricole située à Verchères, spécialisée dans la production de grandes cultures, de maïs-grain et de soya. Femme d’affaires dynamique, agricultrice passionnée et convaincue, elle est innovante en transformant le visage de l’agriculture et trace la voie aux futures générations.

Lyne Charlebois, coordonnatrice – Développement régional à la MRC de Beauharnois-Salaberry

Lyne Charlebois est née à la campagne et y habite toujours. Diplômée de l’UQAM en Animation et Recherches culturelles, elle travaille depuis plus de 12 ans à la MRC de Beauharnois-Salaberry en tant qu’agent de développement rural d’abord et coordonnatrice en développement régional ensuite. Elle a une préoccupation marquée pour les défis reliés à la ruralité, notamment : l’isolement, la distance, la proximité des services, la communauté, la vitalisation économique, le développement de l’agroalimentaire et la cohabitation avec la zone agricole.

Geneviève Désautels, représentante de la MRC de Rouville

Détentrice d’un baccalauréat en communication et d’une certification en médias sociaux, Geneviève Désautels travaille au développement du Cœur de la Montérégie depuis plus de 12 ans. Cela fait maintenant cinq ans qu’elle occupe le poste de coordonnatrice aux communications au sein de la MRC de Rouville et travaille à mettre en valeur les attraits de la région et les services offerts par la MRC dans ce territoire situé à 96 % en zone agricole.

Mardi, 31 août

Thèmatique – Changements climatiques: des fermes adaptées pour le futur

CONFÉRENCE: Les changements climatiques attendus en Montérégie en 2050
Conférencière: Alicia Patry, conseillère à l’aménagement à la Fédération de l’UPA de la Montérégie

Cette conférence vous présentera les changements climatiques anticipés à l’horizon 2041-2070 pour la Montérégie pour chacune des saisons. Ainsi, nous vous présenterons notamment l’évolution des températures, des précipitations, de la saison de croissance, du stress thermique et du déficit hydrique.

Alicia Patry est agroéconomiste et conseillère à l’aménagement du territoire à la Fédération de l’UPA de la Montérégie où elle accompagne les productrices et producteurs agricoles depuis 2017.

CONFÉRENCE: Impacts et mesures d’adaptation en grandes cultures, production laitière et horticulture
Conférencière: Patricia Leduc, agronome, Agri Conseils Maska

Quels seront les impacts directs des changements climatiques sur l’agriculture de la Montérégie? Cette conférence présentera les impacts des changements climatiques spécifiques à 3 productions d’importance en Montérégie: Grandes cultures, production laitière et horticulture. Des mesures d’adaptations spécifiques à ces trois productions seront présentées afin d’aider les fermes à mieux se préparer aux défis climatiques à venir.

Graduée du Campus MacDonald de l’Université McGill en 1994 en conservation du sol et de l’eau, Mme Leduc a travaillé sur des projets sur le phosphore et la caractérisation des engrais de ferme avec le MAPAQ avant de travailler au club Agri Conseils Maska à partir de 1998.  Elle a participé à de nombreux projets qui touchent principalement la fertilisation, les engrais de ferme, les plantes fourragères et engrais verts, les changements climatiques ainsi que la phytoprotection.

Mercredi, 1er septembre

Thèmatique – La conservation des sols: une réponse aux changements climatiques

CONFÉRENCE: Des sols en santé: une stratégie clé pour faire face aux changements climatiques
Conférencier: Martin Chantigny, chercheur en sols à Agriculture et agroalimentaire Canada

Cette conférence s’axera sur le rôle primordial du sol sous différents régimes hydriques et comment la teneur en matière organique, la structure et la compaction impactent la santé des sols.

Martin Chantigny est chercheur à Agriculture et agroalimentaire Canada depuis 1997. Il travaille principalement à évaluer et améliorer les pratiques agricoles afin de maintenir la productivité et la santé des agroécosystèmes dans un contexte de changements climatiques. Plus spécifiquement ses travaux permettent de mieux comprendre comment préserver et améliorer la santé des sols afin d’assurer un accroissement durable de la productivité agricole au Canada.

PANEL DE DISCUSSION: Enjeux de la conservation des sols en contexte de climat futur en Montérégie

Le panel abordera les principaux enjeux agroenvironnementaux et les défis liés aux changements climatiques sous l’angle de la santé et la conservation des sols.

Panélistes invité(e)s: 

Nadine Bachand, analyste principale, Agriculture et alimentation chez Équiterre

Nadine Bachand possède une connaissance approfondie des enjeux agricoles ainsi que des défis liés à la mise en œuvre de pratiques environnementales et sociales. Diplômée en écologie appliquée et en sciences de l’environnement, elle fait partie de l’équipe d’agriculture durable d’Équiterre depuis plus de 15 ans. Elle a mené de nombreux projets de recherche, de sensibilisation et de mobilisation en faveur de l’agriculture durable pour lesquels elle a établi des collaborations avec plusieurs organisations canadiennes et québécoises. Communicatrice accomplie, elle a régulièrement représenté Équiterre au sein de coalitions et de comités consultatifs, dans les médias et lors de consultations publiques.

Louis-Éric Trépanier, producteur agricole, Ferme Trëma Inc.

Louis-Éric Trépanier est diplômé de l’Université Laval en agroéconomie et est actionnaire de l’entreprise agricole Trëma Inc. Il s’agit d’une ferme familiale de grande culture située à St-Anicet en Montérégie Ouest. Sur une superficie de 1500 acres et en semi-direct, il y est produit du soya à identification protégé, du blé pour la consommation humaine ainsi du maïs grain pour l’alimentation animale et l’éthanol. Également, depuis quelques années, les cultures du seigle et du pois fourrager se sont ajoutées à la rotation. Ces dernières sont utilisées sur la ferme comme semence de plantes de couverture, technique qui s’implante graduellement sur l’entreprise et qui a atteint à 80% de couvert végétal à l’automne 2020.

Martin Chantigny, chercheur en sols à Agriculture et agroalimentaire Canada

Martin Chantigny est chercheur à Agriculture et agroalimentaire Canada depuis 1997. Il travaille principalement à évaluer et améliorer les pratiques agricoles afin de maintenir la productivité et la santé des agroécosystèmes dans un contexte de changements climatiques. Plus spécifiquement ses travaux permettent de mieux comprendre comment préserver et améliorer la santé des sols afin d’assurer un accroissement durable de la productivité agricole au Canada.

Jeudi, 2 septembre

Thèmatique – Biens et services écosystémiques – Rétribution monétaire: freins ou incitatifs?

ENTREVUE: Freins et incitatifs d’adhésion des producteurs agricoles aux actions agroenvironnementales: le cas de la rétribution économique
Invitée: Alejandra Zaga Mendez, membre de la Chaire de recherche du Canada en économie écologique à l’Université du Québec en Outaouais

Alejandra Zaga Mendez est stagiaire post-doctorale au département de Géographie à l’Université Laval et collaboratrice à la Chaire de recherche du Canada en économie écologique à l’Université du Québec en Outaouais. Elle est titulaire d’un doctorat sur mesure en développement durable et conservation de l’Université du Québec en Outaouais (2021) et d’une maîtrise en sciences des ressources naturelles de l’Université McGill (2016).  Ses travaux de recherche portent sur la gestion collective de ressources naturelles, la gouvernance de services écosystémiques, et sur l’analyse des programmes incitatifs pour la conservation en milieu agricole et forestier.

VIDÉO: Le Programme ALUS Montérégie: 5 ans de rétribution des biens et services écologiques

Le Programme ALUS Montérégie est un programme novateur de rétribution qui récompense les efforts des agriculteurs de la Montérégie qui réalisent des aménagements favorisant des biens et services écologiques. Le programme fête ses 5 ans cette année. À visionner, une vidéo regroupant les témoignages des acteurs impliqués dans ce programme (producteurs, partenaires, promoteurs, coordonnateurs, et membres du Comité ALUS Montérégie). Un regard est porté sur les accomplissements des 5 dernières années ainsi que sur les perspectives futures.

CONFÉRENCE: Bandes riveraines, Pourquoi?
Conférencier: Jérémie Mercier, agroéconomiste et conseiller en agroenvironnement

Le Québec se distingue par sa proactivité dans le domaine agroenvironnemental. Bien que certains aspects se présentent plutôt comme des contraintes réglementaires, d’autres apparaissent comme des défis que veulent bien relever les productrices et producteurs agricoles. L’une des obligations qui tarde à être pleinement intégrée est le respect d’une bande riveraine agricole de trois mètres de largeur. Cette bande riveraine remplit plusieurs fonctions et est le reflet des demandes de la société face à son agriculture. Lors de cette formation, vous serez éclairés sur: la caractérisation de la bande riveraine en Montérégie; un survol des services offerts avec vos bandes riveraines; la façon de calculer et d’apprécier ses avantages économiques et les normes à respecter, les droits et les devoirs reliés à une bande riveraine.

Jérémie Mercier est agroéconomiste et a travaillé à titre de conseiller en agroenvironnement à la Fédération de l’UPA de la Montérégie jusqu’en septembre 2020. Il a été le conférencier de la formation « Bandes riveraines: Pourquoi ? » qui a été donnée en 2019-2020 en Montérégie dans le cadre de la campagne de sensibilisation qu’a souhaité faire la Fédération de l’UPA de la Montérégie dans la foulée de la campagne de 2017 « Opérations bandes riveraines » de l’Union des producteurs agricoles.

Vendredi, 3 septembre

Thèmatique – Des exploitations durables: portrait et perspectives 

CONFÉRENCE: Portrait de l’évolution de l’agroenvironnement au Québec
Conférencier: Daniel Bernier, agronome à la Direction recherches et politiques agricoles de l’Union des producteurs agricoles du Québec.

Comme toutes activités humaines, la pratique de l’agriculture génère différentes pressions sur le milieu naturel. L’agroenvironnement est la discipline qui s’intéresse à ces interactions ainsi qu’à la manière de minimiser les effets négatifs des activités agricoles. Au Québec, des progrès considérables ont été réalisés depuis les deux dernières décennies en ce domaine. Le portrait proposé présente une rétrospective de l’évolution de notre agriculture sur le plan environnemental. Savoir d’où l’on part permet de mieux comprendre où l’on va.

Daniel Bernier est agronome à la Direction recherches et politiques agricoles de l’Union des producteurs agricoles du Québec (UPA) depuis 1994. Il est responsable des questions relatives à l’environnement, à la gestion de l’eau, aux énergies renouvelables, à la gestion des matières résiduelles fertilisantes et aux GES. Il a, à ce titre, participé aux travaux de nombreux comités ayant eu le mandat d’élaborer diverses normes environnementales en agriculture

PANEL DE DISCUSSION: Perspectives pour des exploitations durables en Montérégie

Le panel mettra l’accent sur deux initiatives collectives en Montérégie. La première est la mobilisation des producteurs autour des enjeux de l’eau dans le bassin agricole La Guerre depuis 1997 et les résultats probants obtenus qui sont une référence à l’échelle du Québec. La seconde est le projet collectif agricole de la rivière Pot au Beurre en cours depuis 2017 et la mobilisation des acteurs du territoire autour des enjeux de cohabitation agriculture-faune. Sous la forme de deux tandems, les panélistes partageront leurs expériences. Comment la mise en place de projets innovants et mobilisateurs émanant du milieu agricole peut fédérer les acteurs du milieu et comment les producteurs agricoles s’approprient les problématiques environnementales à l’échelle d’un territoire.

Panélistes invité(e)s: 2 tandems

Tandem #1

Sylvie Thibaudeau, agronome, M. Sc., Terre à terre agronomes-conseils et Club agroenvironnemental du bassin La Guerre

Sylvie Thibaudeau est agronome et détient un Bacc. en bio-agronomie, option sols-plantes (Université Laval) et une Maîtrise (Université Laval) sur l’utilisation des pratiques culturales réduites dans le maïs-grain. Elle effectue un travail de conseillère avec le CCAE du bassin la Guerre depuis 1997, en lien avec les pratiques de conservation des sols et de l’eau et l’agroenvironnement. Elle réalise divers projets en lien avec les cultures de couverture, cultures intercalaires et SCV (semis sous couverture végétale permanente), dans les grandes cultures. Elle collaboration avec l’IRDA à un projet de gestion de l’eau par bassin versant de 2002 à 2007.

Louis-Éric Trépanier, agriculteur, Ferme Trëma Inc.

Louis-Éric Trépanier est diplômé de l’Université Laval en agroéconomie et est actionnaire de l’entreprise agricole Trëma Inc. Il s’agit d’une ferme familiale de grande culture située à St-Anicet en Montérégie Ouest. Sur une superficie de 1500 acres et en semi-direct, il y est produit du soya à identification protégé, du blé pour la consommation humaine ainsi du maïs grain pour l’alimentation animale et l’éthanol. Également, depuis quelques années, les cultures du seigle et du pois fourrager se sont ajoutées à la rotation. Ces dernières sont utilisées sur la ferme comme semence de plantes de couverture, technique qui s’implante graduellement sur l’entreprise et qui a atteint à 80% de couvert végétal à l’automne 2020.

Tandem #2

Yasmina Larbi-Youcef, agronome, M. Env., coordonnatrice en agroenvironnement à la Fédération de l’UPA Montérégie

Yasmina Larbi-Youcef est agronome au sein de la Fédération de l’UPA Montérégie depuis 2017. Elle coordonne divers projets en agroenvironnement dont le projet collectif agricole de la rivière Pot au Beurre. Elle cumule plus de 23 années d’expérience en milieu agricole dont 15 années au Québec en recherche et développement, contrôle de la qualité et vulgarisation auprès des producteurs agricoles ainsi qu’en gestion et coordination de projets.

Paul Caplette, agriculteur, Ferme Céréales Bellevue

Paul Caplette est diplômé en Gestion des exploitations et entreprises agricoles de l’institut de technologie agroalimentaire – campus de Saint-Hyacinthe en 1982. Agriculteur passionné depuis 38 ans sur la ferme familiale spécialisée en grandes cultures. La ferme Céréales Bellevue est située à Saint-Robert en Montérégie. Paul aime, avec son frère Pierre, relever de nouveaux défis, innover et expérimenter des techniques novatrices sur la ferme. Conférencier et communicateur hors pair, il partage aussi ses défis quotidiens d’agriculteur sur le blogue: Profession Agriculteur du bulletin des agriculteurs.

 

Merci à notre partenaire!

Ce projet a été financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation dans le cadre du programme Territoires : priorités bioalimentaires.